Le Blog des Socialistes Bryards
Le Blog des Socialistes Bryards



Bienvenue sur le site officiel du Parti socialiste de la ville de Bry-sur-Marne !

Conçu pour être à la fois un support de communication et un outil militant, notre site entièrement rénové se veut un lieu d’information et d’échange ouvert à tous.

Citoyens, sympathisants, militants, notre site n’a qu’une seule ambition : être un espace de communication et de dialogue, dynamique et accueillant, dans lequel chacun peut s’informer librement. En favorisant la confrontation des idées et des points de vue, nous souhaitons contribuer, à notre niveau, à porter haut et fort les couleurs de la Gauche de progrès.

Lancement de la campagne de Caroline Adomo

Posté le par 0 commentaire

Le 18 mars 2012, Caroline ADOMO, candidate du Parti socialiste aux élections législatives dans la 5e circonscription du Val-de-Marne, lançait sa campagne aux côtés de Pierre Moscovici.

 

 

 

 

 

 

Mesdames, Messieurs, Pierre,

Je tiens à vous remercier de vous être déplacés en ce  jour très particulier, qui doit marquer d’une pierre blanche le  début, je l’espère, d’une très belle aventure. Je souhaite également remercier Pierre Moscovici, Directeur de campagne de François Hollande d’avoir trouvé, dans son agenda très  chargé, le temps d’être à mes côtés. Merci Pierre !

Mes chers amis, chers camarades socialistes, je dois vous avouer  quelque chose. Il y a quelques jours, j’ai fait un rêve. Pas celui  de Martin Luther King. Non, je n’aurais pas la prétention de faire la comparaison avec cette illustre figure qui a porté avec tant de courage et d’abnégation la lutte pour plus d’égalité. Ce rêve, c’est le mien. C’est celui de se réveiller le 7 mai prochain dans la République du Changement, celle qu’appelle de ses vœux François Hollande et une majorité de Français.

Cette  République du Changement, je pourrais vous la décrire en détails, tant il s’agissait d’un songe agréable et plein d’espoir. Je ne le ferai pas car  vous seriez alors obligés de m’écouter une bonne partie de l’après-midi. Ce que je peux vous dire, c’est que dans cette République du Changement l’égalité et la justice sociale étaient élevées au rang de valeurs suprêmes. Chacun y trouvait sa place, quelle que soit son origine, quelle que soit son identité. Le dénominateur commun de tout un chacun était cette profonde et inaltérable volonté de se rassembler pour faire le changement.

Mais le réveil a été brutal. Cinq ans de srkozysme ont fini par enterrer les rêves et les espoirs les plus fous. Car, la République  de Nicolas Sarkozy, c’est tout le contraire. Pendant cinq ans, nous avons eu droit à un enchainement d’injustices et de collusions insupportables.  

Aujourd’hui, le candidat sortant se présente comme un homme nouveau devant les Français. Il voudrait tirer un trait sur un quinquennat cauchemardesque et surtout nous faire croire qu’il s’avance vers  l’échéance électorale dans le costume d’un homme nouveau. Ce costume est tout d’abord trop grand et les Français ne sont pas dupes.

Les tâches  tenaces qui assombrissent son bilan ne peuvent pas disparaitre si facilement.  Elles sont autant de marques indélébiles d’un règne catastrophique  qui a conduit le pays, notre pays, à la ruine.

C’est pourquoi la République du changement qui s’offre à nous aujourd’hui représente un challenge de taille. Il est à la mesure de l’état dans lequel le candidat sortant laisse la France. Il ne se fera qu’avec un engagement total de chacun d’entre nous. Il prendra corps dans notre volonté farouche d’imposer le changement et de convaincre les Français de sa nécessité la plus urgente.

Ne nous laissons pas amadouer par les sondages, ceux-ci ne reflètent qu’un état d’esprit à un moment donné. Nous savons que les Français appellent  de leurs vœux le changement. Certains ont peut-être vu leurs espoirs  totalement annihilés par cinq ans d’injustice et de stigmatisation chroniques. Ils n’ont peut-être plus la force d’aller chercher ce changement. C’est à nous, les convaincus de la première heure, de  leur donner cette force.

L’échéance présidentielle à venir est d’une importance  capitale, mais elle ne doit pas nous faire oublier que le pouvoir de décision en France est partagé entre l’Exécutif et le Parlement. Or, cette règle a été tellement malmenée, bafouée ces  cinq dernières années par l’hyperprésidentialisation de notre régime politique et par l’omniprésence déroutante du candidat sortant.

La République du Changement ne saurait être achevée sans donner à François Hollande les moyens d’inscrire dans  la loi les réformes dont nous avons besoin. Nous devons garder la force de lui donner la majorité parlementaire dont il a besoin pour faire le changement. L’élection présidentielle n’est donc pas une fin.  Non. C’est le commencement d’une aventure magnifique qui doit rassembler tous les Français.

Je ne peux pas imaginer offrir aux générations futures un pays en faillite, sans valeurs, où l’individualisme prime sur l’intérêt général. Si nous devons redresser notre pays, il nous faudra cependant reconstruire les bases :

– Pour renouer avec la croissance, génératrice d’emplois ;

– Pour instaurer une République irréprochable qui permettrait l’égalité réelle entre les individus ;

– Pour amener l’Union Européenne à plus de solidarité entre les Etats, et qu’elle soit moteur de la relance économique.

Je ne remercierai jamais assez les militants socialistes et le Parti de m’avoir investie en décembre dernier.

Cette confiance, en vérité, je vous la dois. La confiance que vous m’avez accordée est ma force. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour en être digne et porter, tout au long de cette campagne, nos valeurs communes, celles de l’humanisme et du progrès qui ont  toujours guidé mon parcours professionnel et associatif. Ils sont d’ailleurs au cœur de mon engagement politique.

Si j’ai choisi ce lieu au Perreux-sur-Marne, ce n’est pas un hasard, vous vous en doutez. C’est très symbolique car je suis sur les terres du député maire sortant. Celui-là même qui constitue l’obstacle ultime à la République du Changement dans la 5e circonscription du Val de Marne.

Je veux lui montrer que je me sens chez moi sur ce territoire, je veux pointer du doigt sa complicité coupable avec le pouvoir actuel, sa politique locale profondément inégalitaire.

L’Etat délétère de la France, il en est également le responsable.

Il a défendu et fait voter à sa majorité parlementaire les choix budgétaires voulus par Nicolas Sarkozy, ceux-là même qui ont mis notre pays dans l’état dans lequel on le connait aujourd’hui.

Il ne faudrait pas l’oublier sous prétexte qu’il rétropédale  depuis quelques semaines en se distanciant des siens, parce que le bilan est trop lourd à porter… à l’approche des élections !  Les habitants de la circonscription ne sont pas dupes. Vous n’êtes pas dupes !

Je me chargerai de le leur rappeler tout au long de la campagne.

Je compte également sur vous pour m’aider à le faire, car sans votre soutien, sans votre présence sur le terrain, l’ampleur de la mobilisation de nos concitoyens serait moindre.

Je citerai Jean Jaurès : « Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces ».

Ensemble, portons François Hollande vers la victoire. Poursuivons les efforts jusqu’aux élections législatives en lui donnant une majorité forte à l’Assemblée Nationale.

C’est vous qui m’avez désignée pour porter nos couleurs. Votre combat est mon combat, Votre soutien est mon moteur. Concrétisons le changement tant attendu.

Je compte sur vous.

Vive la République ! Vive la France !

Soyez le premier à commenter cet article  >

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *